Transformez votre maladie en allié!

 

J’aimerais vous faire rencontrer Daniel. J’ai fait sa connaissance en découvrant son blog « La vie en je ». A la suite de différents commentaires réciproques sur nos blogs, j’ai découvert un peu plus son parcours. Il m’a semblé important de partager avec vous ce cheminement singulier.

Vous verrez tout de suite pourquoi…

1/ Daniel, je te laisse te présenter à mes lecteurs.

Bonjour Carine et merci de m’accorder cette interview.

Je m’appelle Daniel Bornstein. J’ai 51 ans, je suis marié, père de deux garçons. Je suis enseignant en EPS depuis 21 ans, et j’enseigne le sport à l’université depuis 2000.

On m’a diagnostiqué un cancer de la moelle osseuse en 2010, et suis considéré en rémission depuis moins d’un an. J’ai eu très vite envie d’écrire sur ce que j’ai appris et compris de la maladie. D’où le livre, et le blog « La vie en je« .

2/ Tu as intitulé ton livre « Merci mon cancer ». Cela peut sembler provocateur. Pourquoi un tel titre?

Ce n’était pas mon intention au départ. J’ai eu l’idée du titre avant même de savoir ce que j’allais vraiment écrire dans le livre !

Elle s’est imposée à moi à une période où ma maladie m’avait ouvert les yeux sur pas mal de choses. Je profitais plus de la vie, j’avais eu des prises de conscience essentielles au niveau psychologique, et tout me réussissait à ce moment là. Et tout cela, je le devais à ma maladie, d’où l’irrésistible envie de la remercier.

C’est seulement un peu plus tard que je me suis aperçu que ça pouvait heurter ou choquer les personnes qui étaient passées par là, voire pire, qui avaient perdu un proche d’un cancer.

Mais c’est aussi ce que j’ai vécu, puisque j’ai perdu ma première femme en 2008, décédée d’un cancer, ainsi que mon père, qui en est décédé pendant la rédaction de mon livre.

Tant pis si je choque. Je l’assume. Après tout, c’est un message que je transmets par rapport à mon expérience. Et tant mieux aussi ! J’imagine que les gens seront interpellés par le titre, et auront très vite envie de jeter un œil sur la 4ème de couverture.

3/ Quel message souhaites-tu faire passer à travers ce livre?

Il y en a plusieurs…que je souhaites faire passer avec « Merci mon cancer ».

Tout d’abord, j’ai rencontré pas mal de personnes qui réagissent avec colère au fait de « contracter » un cancer. Elles ne comprennent pas pourquoi ça leur est tombé dessus. Elles crient à l’injustice !

Je souhaite leur faire comprendre que le cancer n’arrive pas par hasard. Je ne connais pas de gens totalement heureux et sereins qui ont développé un cancer. Le cancer (et c’est valable pour toute maladie selon moi) se déclare quand quelque chose ne tourne pas rond dans sa vie. On souffre, mais on refuse de le voir ou de se l’avouer, alors le corps s’exprime. Hélas parfois, la seule solution qu’il trouve pour le faire, c’est de développer une maladie grave. Mais tout part d’une bonne intention. La maladie survient pour que l’on aille mieux ! Ce n’est donc pour moi en aucun cas une punition divine ou de la malchance comme certains le croient à tort.

4/ Comment as tu développé cet état d’esprit?

J’ai eu l’exemple de l’échec de ma première femme se dérouler sous mes yeux. De ce fait, j’ai appris de ses erreurs. Je pense que tout part du postulat précédent. Si j’étais vraiment heureux, je n’en serais pas arrivé là. Donc, je me suis regardé dans la glace sans compromis et je me suis posé les questions importantes :

Pourquoi ne suis-je pas heureux ? Que dois-je changer en moi pour aller mieux ?

J’ai vu alors tout ce qui n’allait pas dans ma vie. J’étais rempli de frustrations, de ressentiments, de culpabilités. Je me fourvoyais quant à ma personnalité et à la direction que prenait mon existence.

En comparant avec de nombreux autres cas de personnes ayant développé la maladie, j’ai constaté qu’il y avait des constantes de « mal-être ». J’ai ainsi élaboré une théorie sur les causes du développement du cancer, que je nomme loi des 4C, que je développe dans mon livre.

5/ Tu parles aussi dans un de tes articles d’une approche multidimensionnelle de la maladie. Tu l’opposes à la pensée unique de la médecine classique.

Peux-tu nous en dire plus ?

C’est  le second message de mon livre : la médecine classique nous fait croire qu’elle a trouvé en la chimiothérapie la parade contre le cancer. Pour moi, il s’agit-là d’une incroyable mystification. Cela revient à s’occuper uniquement de l’aspect physiologique de la santé. Or, elle repose aussi selon moi sur l’hygiène de vie, le mental, l’énergie et la spiritualité.

6/ Et tu penses que c’est cette approche qui t’a permis de guérir ?

J’estime que lorsque l’on a enclenché l’indispensable phase de remise en question de sa vie, on fait déjà un grand pas vers la guérison.

Attention! Ce qui a marché pour moi, ne marchera pas forcément pour quelqu’un d’autre. Mon but est de donner des clés pour ouvrir le maximum de portes vers la guérison. Mais chacun doit agir à son rythme et selon son ressenti.

7/ Quel rôle à joué le développement personnel dans ton parcours?

Si on considère que le développement personnel recouvre toutes les techniques qui permettent d’aller mieux, je m’y intéresse depuis longtemps. Je me suis passionné vers mes 17-18 ans pour la psychanalyse. J’avais lu toute l’œuvre de Freud. Cela m’a permis de comprendre beaucoup de choses plus tard quand je suis tombé malade. J’ai également fait appel à la psychogénéalogie pour comprendre nombre de mes fonctionnements inconscients (qui ont certainement joué leur rôle dans l’apparition de la maladie). J’ai par ailleurs lu énormément de livres de développement personnel pendant les 3 ans qu’a duré ma maladie pour mieux la comprendre et me sentir mieux.

Maintenant, ce que je lis sur les blogs de développement personnel qui sont nombreux, ce sont le plus souvent des conseils de psychologie comportementaliste : adoptez 5 bonnes résolutions, répétez 10 phrases tous les jours, etc. C’est bien. Mais, il faut être prêt à l’entendre et donc pouvoir s’y mettre ! Ça peut même être très culpabilisant pour certaines personnes qui peuvent se dire : « Ca a l’air tellement simple et moi j’en suis incapable. Je suis vraiment le(a) roi (eine) des cons (onnes) »

Je pense qu’il faut au préalable faire un travail sur soi pour que cela marche. Surtout si on est au fond du trou…

Je vais me prendre en exemple. J’ai lu au tout début de ma maladie deux livres : « Il existe une solution spirituelle à tous vos problèmes » de Wayne DYER et « le principe LOL²A », de René EGLI. Tous les deux parlent de notre manque de foi et de notre séparation du monde spirituel. Je n’intégrais pas du tout leurs messages respectifs. Je dois même dire qu’ils m’exaspéraient au plus haut point. Je me demande même si j’ai réussi à les lire jusqu’au bout. Quand je m’approchai de la fin de mon traitement, je les ai relus. Et là, ça a été une révélation ! Ce qui m’apparaissait comme abscons au début était devenu d’une clarté évidente…Quand l’élève est prêt, le maître arrive nous dit la sagesse bouddhiste.

8/ Aurais-tu un conseil à donner à mes lecteurs?

Je n’ai pas la prétention de vouloir donner des conseils. Si tes lecteurs sont entrain de nous lire en ce moment, c’est qu’ils se posent des questions sur leur existence. Et ça, c’est déjà essentiel. Je m’offusque dans mon livre d’apprendre que selon un récent sondage, 75% des français disent ne jamais, ou pratiquement jamais, s’interroger sur le sens de leur vie. Si certains seront choqués par le titre de mon livre, moi ce sont de tels chiffres qui me choquent. La plupart des gens pensent que nous sommes sur cette terre pour survivre et améliorer notre propre confort.

Personnellement, j’ai la chance de croire que l’on vient sur cette terre pour accomplir de belles choses. Chacun de nous a un don inné. Nous sommes là pour l’exploiter et vivre notre légende personnelle. Et pour cela, il ne faut jamais abdiquer, ne pas se laisser influencer par le qu’en dira-t-on, ne pas se laisser détourner de nos rêves, ne pas se laisser impressionner par les épreuves, si difficiles puissent-elles paraître.

Merci pour ta collaboration.

Merci à toi.

Dites-moi dans les commentaires, comment ce témoignage peut vous aider ou aider quelqu’un qui doit faire face à une maladie grave?

Tagués avec : , ,
Publié dans confiance en soi, développement personnel, méditation, réflexion
34 commentaires pour “Transformez votre maladie en allié!
  1. Bonjour Carine,
    premier intéressé, premier à commenter!
    Je suis vraiment ravi que tu m’aies offert cette tribune sur ton blog.
    J’espère que cette interview sera riche de sens pour tes lecteurs.
    A très bientôt pour une nouvelle collaboration.
    Bien à toi
    Daniel

  2. Carine dit :

    C’est dans le but d’apporter toujours plus à mes lecteurs que j’ai fait appel à toi. Comme tu le dis si bien, on se doit de partager tout ce qui peut être utile à la communauté. On ne doit pas le garder pour soi. Après, chacun en fait ce qu’il veut : il prend, il ne prend pas, il n’est pas encore prêt à prendre… En tout cas, il aura entendu ce discours au moins une fois.
    Merci à toi d’avoir répondu positivement à mon invitation.

  3. Marina dit :

    Ce beau témoignage nous montre qu’il est possible de grandir et de s’épanouir après l’épreuve de la maladie. Tant mieux si l’on parvient à être en phase avec son Moi profond, son âme, sans passer par là.
    Mais si la maladie s’installe alors je pense qu’il faut accepter d’écouter son message, dans la responsabilisation et non la victimisation. « S’écouter » et chercher, comme l’a fait Daniel, jusqu’à ouvrir son champ de conscience, afin d’ « être en guérison ». Le but étant de retrouver l’harmonie dans sa vie, si la maladie permet cela (rectifier le tir), alors on peut effectivement la considérer comme une alliée. Ce point de vue peut aider à accepter les souffrances ressenties, en les dépassant.
    Personnellement, j’adhère complètement à cette approche holistique de la santé. Bien sûr, chacun est libre de ses choix, de ses croyances et de son chemin, mais je suis sûre que ce livre donnera à réfléchir, pourra donner des clés à certains, et redonner de l’espoir à grand nombre de personnes.

    Merci Carine d’avoir permis à Daniel de s’exprimer, et merci à toi Daniel pour ton témoignage, bravo pour ce cheminement plein de lumière…

    Marina

    • Merci Marina,
      Si mon livre donnait à réfléchir, j’en serais déjà très heureux.
      Je pense qu’il y aura trois catégories de personnes : ceux qui sont hermétiques à ma « philosophie », ceux à qui je n’apprendrai rien car ils ont déjà pas mal cheminé vers l’éveil, et ceux qui ont un degré d’ouverture mais pas toute la compréhension de ce qui leur arrive. C’est à cette dernière catégorie que s’adressera mon livre et j’espère qu’il leur apportera des éléments pour guérir.

  4. Carine dit :

    Merci Marina pour tes encouragements. C’est vrai que la maladie n’est pas le seul moyen pour arriver à se connaitre. Heureusement d’ailleurs. C’est bien de le souligner. L’histoire de Daniel par contre peut être un encouragement pour ceux qui sont hélas malades.

  5. Karole dit :

    Merci pour cet article et merci à Daniel de nous avoir fait partager son expérience.
    Je partage entièrement son avis sur le fait que le cancer ne survient pas par hasard. C’est une idée qui fait son chemin mais qui est loin d’être comprise par la plupart des gens. Je crois qu’on se plaît à être une « victime », à se plaindre et on ne souhaite jamais se sentir un minimum responsable de sa vie.
    Le fait que Daniel soit passé par cette maladie et le dise rend le message plus facilement acceptable. Bravo !

    • Merci Karole,

      Je suis d’accord avec toi, mais je pense que les personnes qui se comportent en victime ne le font pas consciemment.
      Ce n’est pas facile (surtout qu’on ne nous l’a pas appris !) de comprendre et d’accepter que nous avons en nous un potentiel illimité. Personnellement, je ne l’ai intégré qu’après un long cheminement.
      Bien à toi
      Daniel

  6. Carine dit :

    Karole,
    C’est vrai que ce n’est pas facile de faire de l’introspection et encore moins d’accepter l’idée que nous sommes responsable de notre vie. Je dis souvent qu’il ne faut pas prendre cette affirmation comme une accusation mais plutôt comme une chance de pouvoir prendre les choses en main. C’est quand même mieux de se dire que nous sommes libres de nos choix, que de se dire que nous sommes prisonniers des décisions d’autrui…C’est quand même plus libérateur de se dire que toute sa vie, nous pouvons nous améliorer, progresser, apprendre des autres, partager, que de se dire que tout est perdu d’avance parce que c’est comme cela…
    En tout cas je remercie des personnes comme Daniel qui nous prouvent qu’à partir du moment où l’on décide de se prendre en charge, tout est possible. Même si , ce n’est pas facile. Nous ne sommes pas tous égaux face à cela. Mais par contre, nous pouvons, quelque soit d’où nous venons, quelque que soit les difficultés rencontrées, nous pouvons nous en sortir grâce à nous même et grâce aux autres.

  7. Phil-Plume dit :

    Bonjour

    merci à vous deux , pour ce témoignage. Je connais Daniel par son blog, cet interview m’en apprend un peu plus.
    Je partage entièrement ce point de vue. La maladie est un message fort de notre corps pour nous dire « Oh ! , ça ne va pas ! » . Toute la difficulté est de comprendre le message, et surtout de l’accepter.
    Cet interview devrait être diffusée largement car c’est pour moi un message d’espoir qui devrait aider du monde. Je le diffuse sur mes réseaux tout de suite.

    Amicalement à vous deux
    Phil

  8. Carine dit :

    « Accepter » et comprendre que tout cela a un sens. C’est sûre que c’est une étape qui se fait souvent dans la douleur. Mais c’est une douleur salvatrice.
    Merci Phil

  9. Duc dit :

    Daniel et Carine
    Grand merci à vous deux pour ce partage.
    La maladie profite toujours d’un état de déséquilibre. Le corps nous donne sans cesse des signes mais nous ne cessons de l’empêcher de parler.
    Accepter et comprendre, c’est un premier pas mais c’est le plus important pas que Daniel a fait.
    Le corps possède des capacités incroyables, il faut lui faire confiance.
    Amitiés à vous deux
    Portez vous bien

    Duc

    • Bonjour Duc,
      C’est moi qui te remercie.
      Tu as raison, le premier pas est le plus difficile à faire ! Comme je l’explique dans histoire de guérison la première étape est d’accepter de se remettre en question.
      Les étapes suivantes, qui sont de trouver des solutions et de prendre des décisions sont beaucoup plus simples.
      Bien à toi,
      Daniel

  10. Carine dit :

    Bonsoir Duc et bienvenue,
    C’est vrai que le corps nous donne des signes mais, nous ne prenons pas toujours le temps de comprendre ou tout simplement, nous ne comprenons pas réellement. Il faut apprendre (souvent cela se fait suite à une maladie hélas!).
    A bientôt

  11. Carine dit :

    Merci encore à toi Daniel pour ton implication

  12. Bonjour Carine! Bonjour Daniel!

    Cette interview révèle l’authenticité de Daniel, de son parcours, et selon moi c’est son témoignage vibrant qui encourage, donne envie, éclaire même sur une autre façon d’aborder la Vie…la maladie c’est la Vie qui s’exprime, plus fort, plus intense, à propos d’un manque de sens, de joie, d’amour…

    Et c’est tellement honnête de dire que c’est chacun qui trouve Le chemin…et la mort n’est pas forcément le « mauvais » chemin n’est-ce pas?

    Moi je trouve le titre de ce livre excellent, et finalement je demande pourquoi ce n’est pas aussi le titre du Blog? Plus direct, rempli de questions et de potentiels, tant de thèmes à aborder à partir de là…

    Bravo Carine pour cette interview bien menée. Et merci Daniel d’être aussi vrai.

    Cathy

    • Carine dit :

      Cathy,
      Commentaire retrouvé.
      Moi aussi, je trouve le titre du livre de Daniel très parlant. C’est parce qu’il interpelle, que l’on souhaite le lire.

    • Tiens, j’avais pas vu ce commentaire!
      Merci Cathy pour cet enthousiasme, mais tu es quelqu’un d’enthousiaste de toute façon.
      Oh ne me félicite pas d’être vrai et honnête, (et entier rajoute-ton d’habitude ;) ) je ne sais pas être autrement!
      Euh la mort pas le mauvais chemin, ben si un petit peu tout de même! Le but du cancer n’est pas de nous tuer, mais de nous amener à aller mieux, donc…

  13. Salut Carine, et salut Daniel,

    J’ai particulièrement était interpellé par cette interview, j’accorde une grande importance à ma santé et mon hygiène de vie, car il n’y a pas plus important que la santé. Comme il est dit plus haut, on est pas tous égaux face aux aléas de la vie, mais il est de notre portée à chacun de remonter la pente plutôt que de se laisser aller.

    Je n’ai pas eu d’évènement tragique ou de problème de santé dans ma vie, mais j’ai pris conscience qu’il me fallait préserver ma forme aussi bien physique, mentale, psychologique, psychique etc… pour pouvoir profiter pleinement de la vie comme si il n’y aurait pas de lendemain, et c’est pour cette raison que j’explique ma démarche sur mon blog. Et ton interview Daniel est une véritable déclaration d’amour à la vie. Dommage que certains ne se rendent pas compte de la chance qu’ils ont d’être en bonne santé, car au final on ne se rend jamais compte de la chance qu’on a quand on est pas malade!

    • Bonjour Jordane,
      sois rassurée (si tant est que tu aies besoin de l’être!) il ne t’arrivera rien de grave avec cette approche de la santé et de la vie.
      Oui, hélas c’est souvent quand on tombe gravement malade ou qu’on a un accident sérieux, qu’on voit tout ce que l’on pourrait perdre, et ça change notre regard sur la vie.
      Finalement, je vais donner un conseil aux lecteurs de Carine:
      Changez de regard sur la vie avant qu’elle ne vous rappelle à l’ordre!
      Et en ce jour de St-Valentin, faîtes une déclaration d’amour à votre conjoint mais aussi à la vie!

  14. Carine dit :

    C’est une spécificité humaine : ne pas se rendre compte de la chance que l’on a . Sur tous les points, c’est qd on a perdu quelque chose : la santé, un être cher etc. que l’on prend conscience de ce que l’on avait. Moi la première. Je travaille ma Gratitude envers la vie pour m’améliorer.

  15. Enzo Ventura dit :

    Bonjour Carine et Daniel,

    Je suis bien content d’en apprendre un peu plus sur toi Daniel.
    Depuis que l’on se connaît, j’ai senti ton énergie positive, ta grandeur d’âme.
    Nous, nous rejoignons sur beaucoup de points, bien que nos parcours de vie soit différent.
    Comme dit le proverbe : Tous les chemins mène à Rome.

    Tu dis que la spiritualité a une réponse à chaque problème de la vie, c’est vrai, toutes les réponses sont là.
    Le développement personnel, je pratique depuis trente ans, la spiritualité à toujours été présente. Cette dimension qui est souvent incomprise par la plus part du monde, est la source de tout et la plus difficile à saisir.
    Les religions ont fait et fond beaucoup de mal, les sectes n’aident pas plus et finalement la spiritualité fait peur.
    Ce siècle sera spirituel, la science démontre l’existence de Dieu et de la spiritualité grâce à la physique quantique, jamais nous n’avons été aussi proche, avec des outils aussi merveilleux qu’Internet pour exprimer la Vérité.
    Bravo Daniel, ton livre sera un grand succès j’en suis sur.
    Merci Carine d’avoir permis d’entrevoir la richesse de ce personnage.

    • Merci mon ami!
      oui, la spiritualité est trop absente à mon goût du dvpt personnel ou dans le discours de ceux qui veulent soigner. Aucun traitement ne vaut une foi inébranlable, j’en suis persuadé!
      Je ne pense pas qu’on prouvera un jour l’existence de Dieu. S’il avait voulu que ce soit le cas, il aurait laissé bcp plus d’indices!!
      Prier Dieu en sachant concrètement qu’il existe, c’est trop facile…
      Je crois que Dieu veut que l’homme ait la foi.
      Je te laisse sur ces considérations métaphysiques!

  16. Carine dit :

    Merci Enzo pour ta vision des choses. La physique quantique n’est pas accessible à tous pour l’instant mais de plus en plus de personnes essayent de simplifier sa compréhension en l’expliquant simplement. Comme tu dis, quelque chose avance.

  17. GICQUEL dit :

    Magnifique article Carine, Magnifique témoignage Daniel….

    Quel humilté, quel amour de l’autre et quel respect !
    Tes propos, Daniel, sont criant de vérité ….
    Quelle grâce d’avoir pris en compte la dimension spirituelle dans ta vie …
    Certes, nous n’en sommes pas tous au même point et pas tous prêts à l’accueillir …
    Pourtant peu importe la forme qu’elle prend …car il s’agit bien de formes …mais ton témoignage est une lumière pour nous tous et ne fait que conforter mes pensées et mon cheminement …
    Oui le corps parle que l’on veuille ou pas ….oui même quand il y a une raison médicale à un problème …..il y a aussi une explication ….et même s’il faut du temps pour l’accepter …le comprendre ….il n’y a pas de hasard !
    Ton titre est certes  » choc » et effectivement peut choquer …
    Pourtant, tout comme tes propos ….il est juste !
    Tu as su analyser ta vie …et surtout te servir de l’expérience ce celles des autres et notamment de ta défunte épouse.
    Tu as su reconnaître la ou les mauvaises directions, orientations de ta vie.
    Tu as eu assez d’humilité et d’amour de l’autre pour en témoigner.
    Tu as su reconnaître ton manque de foi !
    Bravo ….tout simplement bravo …et bonne route !

  18. Carine dit :

    Fred,
    Ton message fera chaud au coeur à Daniel. Un tel cheminement ne laisse pas insensible que l’on soit d’accord ou non.

  19. ali dit :

    et voilà que la sincérité de Daniel et l’amabilité de Carine nous interpelle tous apparemment !
    et je ne peux manquer la touche à cette interview touchante..
    les commentaires on été si riches et révélateurs tous et sans exception.
    j’aimerai juste ajouter quelques mots sur les causes spirituelles des maladies
    et particulièrement celle qu’on dit graves, pour soutenir l’idée de Daniel dans ce qu’il nomme les constantes de « mal-être ». et l’élaboration de la théorie du cancer, qu’il appelle dans son livre la loi des 4C,
    durant mon parcours spirituel j’ai été familiarisé avec un phénomène qui revient chaque fois dans ces maladies et chez les patients; chaque fois qu’il y a eu un traumatisme , quand on consulte l’aura du patient et son corps éthérique on constate qu’il y a eu une sorte de brèche, une déchirure mais qui est en fait une grande ouverture soudaine et brusque de la personne corps et esprit, suite à ce traumatisme ou à cette lourde affliction, la personne devient vulnérable et fragile, tel un verre glacé dans lequel on verse de l’eau chaude et qui se brise à la dernière goute.
    Ne pouvant plus supporter plus de charges affligeantes, y en a pour qui le résultat est une maladie grave ou chronique, ou alors si leur force spirituelle leur volonté ou leur foi est trop faible c’est le cerveau qui est attaqué, et c’est l’aliénation ou la folie plutôt qu’un cancer par exemple. mais j’ai constaté aussi que les fortes émotions inconscientes et non contrôlées et qui ne sont pourtant pas tristes, peuvent aussi causer des dégâts psychiques et des maux physiques, les exemples sont nombreux de personnes ayant gagné des milliards ont versé illico presto dans la folie.
    et ces brèches ne sont justement guérissables que par la spiritualité, et seule la spiritualité peut prémunir contre ces désarrois.
    je suis tout à fait d’accord avec Daniel que la médecine et sa chimio ne peut traiter ces cas et c’est pour cette raison qu’elle ne peut guérir ces maux mais au contraire détruire encore d’avantage l’organisme.
    et le cas de Daniel est éclatent c’est sa foi et sa volonté qui l’a sauvé.
    salut à vous tous.

  20. Carine dit :

    Merci Ali pour ton long partage de point de vue. Ton commentaire est riche et peut surement aider des personnes dans leur cheminement face à la maladie.

  21. B dit :

    Bonjour,
    Si je n’ai pas (encore) lu votre livre, je viens de prendre connaissance (avec beaucoup d’intérêt) de votre expérience, et du point de vue qui en découle.

    Je suis également persuadé que le cancer (ou autre maladie grave, qui nous fait valser avec la mort), au-delà de sa dimension physiologique, peut et doit constituer « le » déclic psychologique qui amènera la personne à prendre du recul sur sa vie, sur les problèmes qu’elle a « contractés » parfois (et souvent) de manière inconsciente et qui l’ont probablement amenée à développer cette maladie.

    Si j’en suis persuadé, j’ai beaucoup de mal, au point que je m’y suis résigné, à transmettre ce message à un membre très proche de ma famille qui vient d’effectuer une « rechute » assez grave.

    Cette personne appartient en effet à la première catégorie, évoquée par Daniel dans l’un des commentaires. Celle qui refuse toute aide « spirituelle », celle qui est hermétique à toute approche « sensible » et paramédicale de la guérison.

    Vous dites que ces personnes n’adhéreront pas à votre discours. Je pense pour ma part (peut-être naïvement) que leur attitude doit être replacée dans un « parcours évolutif d’états d’esprits » où le malade transforme au fur et à mesure, si tant est qu’il en ait le temps, son rapport au remède et à la guérison. Et votre expérience-discours est une sorte d’accélérateur de ce parcours.

    Je sens la fin de ce proche venir, sans qu’il n’ait eu le temps de se mettre dans l’état d’esprit que vous prescrivez. J’aimerais savoir si vous pourriez me conseiller sur le discours à adopter auprès d’elle, afin qu’elle fasse tomber son masque de fierté qui affirme ne pas vouloir entendre ses sottises, même si dans le fond, je sais qu’elle pourrait s’y ouvrir.

    En vous remerciant par avance, et en vous souhaitant beaucoup de courage pour la suite,

    B.

  22. Carine dit :

    Bienvenue à vous.
    Merci pour ce témoignage poignant, pour ce partage.
    Si vous le souhaitez, pourriez-vous m’envoyer un message en passant par la page « contact » du blog. Je me ferais un plaisir de vous répondre personnellement et de vous mettre en contact également avec Daniel.
    Je reste à votre disposition.
    Carine

  23. Bonjour B.
    Je ne peux pas ne pas répondre à ce message.
    Vous dîtes vous être résignée. Pourtant vous ne risquez que de vous faire rembarrer si vous lui parlez. Assumerez-vous votre résignement si la personne décède?
    Certes elle est peut-être hermétique à la base. Mais l’approche du spectre de la mort peut faire changer le degré d’ouverture d’une personne fermée. Un peu comme une personne condamnée qui tenterait le tout pour le tout en voyant des guérisseurs auxquels elle ne croit pas.
    Parlez-lui avec votre coeur, n’essayez pas de la raisonner ou de tenter de la convaincre, passez l’information, elle aura alors le libre-arbitre de la prendre ou pas.
    Si vous ne le faites pas pour elle, faites-le au moins pour vous, car vous vous direz que vous avez tout tenté, et n’aurez aucune culpabilité si l’issue était fatale.
    Voilà mon conseil, désolé si j’ai été un peu abrupt, mais j’ai écrit les choses telles que je les ressens.
    Bon courage
    Daniel

1 Pings/Trackbacks pour "Transformez votre maladie en allié!"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge
CITATION DE LA SEMAINE
Semaines du 24 au 30 juillet et du 31 juillet au 06 août 2017 : «Il ne faut pas penser à l’objectif à atteindre, il faut seulement penser à avancer. C’est ainsi, à force d’avancer, qu’on atteint ou qu’on double ses objectifs sans même s’en apercevoir.»– Bernard WERBER «Ce qui noie quelqu’un, ce n’est pas le plongeon, mais le fait de rester sous l’eau.»–COELHO
POUR GARDER LE LIEN
Les 7 Clés du Bonheur Télécharger gratuitement les ebooks
Prénom*:
Email*:
* Champs Obligatoires
Votre email reste confidentiel et n'est en aucun cas distribué, vendu, donné ou communiqué.
Pensez à regarder vos spams régulièrement dans votre boite mails
Pour votre info
Suivez-moi sur Facebook
GRALON
Formation Formation continu